Est-ce que les taux vont continuer à baisser ?

12
Partager :

La Banque Centrale Européenne ou BCE va arrêter la subvention monétaire cette année, mais avec restriction afin de donner rapidement suite aux difficultés économiques inhérent à la guerre en Ukraine et particulièrement l’inflation. La banque centrale américaine ou FED a déjà commencé et l’amortissement de la dette française à 10 ans s’envole. Les taux immobiliers pourraient connaître une légère remontée en 2022, malgré le fait qu’ils devraient demeurer à des niveaux très bas.

Comprendre le rapport entre les taux de crédits et la BCE

Dans la lutte contre la crise économique en zone euro entraînée par l’épidémie de Covid-19, la Banque Centrale Européenne a établi un impressionnant plan de rachat de dettes des États ainsi que des entreprises. L’APP ou Asset Purchase Program est littéralement traduit programme d’achat d’actifs en français.

A lire en complément : Pourquoi les factures d’électricité sont élevées ? 

Concrètement, il y a eu une si grande circulation d’argent qu’il est devenu moins cher. Les banques ont alors pu diminuer les taux de leurs prêts immobilier et crédit à la consommation à des niveaux jamais constaté depuis des années. Ainsi, à la fin de la crise économique et sanitaire, l’amortissement des prêts immobiliers a décuplé de +6,00% en janvier 2022, ce qui s’élève à 1218 milliards d’euros. L’amortissement des crédits à la consommation s’alourdit de +3,8% avec 190 milliards d’euros que les foyers français doivent.

Taux des crédits en 2022

La BCE ou Banque Centrale Européenne a utilisé les grands moyens avec le PEPP ou programme d’aide d’urgence Pandemic Emerency Purchase Programme. Le budget total s’élève ainsi à 1850 milliards d’euros afin de lutter contre la crise économique entraînée par la pandémie.

A lire également : Comment savoir si un compte est clôturé ?

Toutefois, les achats d’actifs vont baisser graduellement pour prendre fin vers la fin du mois de juin possiblement. En effet, la BCE a déclaré cela dans son annonce mensuelle. Conséquemment, les taux immobiliers pourraient graduellement augmenter, c’est en effet ce qui s’est produit les 3 premiers mois de 2022. Il est convenable d’envisager une faible tendance de hausse au cours de l’année.

En outre, les taux immobiliers des Français découlent du taux d’amortissement de la dette française. Néanmoins, Jérôme Powell, le président de la réserve fédérale américaine a déclaré qu’il allait adoucir sa politique monétaire. Cet adoucissement engendrera l’augmentation de l’amortissement de la dette américaine. Par conséquent, l’amortissement de la dette française décuplera, ce qui entraînera une augmentation des taux immobiliers en 2022.

La dette française de laquelle dépend la transformation des taux immobiliers est nommée Obligations Assimilables du Trésor à 10 ans ou OAT 10 ans. Les grands investisseurs, notamment les assureurs et les fonds de pensions ont toujours foi en l’économie française à un point tel qu’ils sont d’accord pour contracter peu d’argent.

Les taux pour un prêt immobilier

Dans sa conférence de presse mensuelle par rapport à ses directives de politique monétaire, la BCE annonce son maintien du taux de refinancement à 0%, ce qui contribue à privilégier la conservation des taux bancaires à de bas niveau. La guerre en Ukraine chamboule tout, les sanctions internationales à l’encontre de la Russie vont ajouter à l’inflation déjà en place.

Les taux des crédits au rabais ont renchérit l’immobilier. Ainsi, l’INSEE a prouvé une hausse de +4,6% sur les prix des appartements anciens au 4ème trimestre 2021. Sur cette période, les maisons anciennes ont atteint +9,0% et les notaires suggèrent la vente plutôt que l’achat.

L’augmentation des prix de l’immobilier aggrave concrètement la capacité des foyers français à acquérir leur logement. Suite à l’appréciation CSA/Crédit Logement, la surface achetable régresse de 2 m² dans près de 18 % des villes de plus de 100 000 habitants. En même temps, elle accroît imperceptiblement dans 20% de ces grandes villes. Les moins favorisés sont les nouveaux propriétaires d’Angers qui ont vu leur surface achetable amoindri de 8 m². Quant aux acheteurs de Reims, ils ont perdu 5 m². Les nouveaux propriétaires d’Annecy quant à eux, ont bénéficié de près de 12 m² de pouvoir d’achat immobilier en 2 ans.

Partager :