Y a-t-il un traitement contre le COVID-19 ?

5
Partager :

Aucun traitement ou vaccin n’a encore été mis au point contre le SARS-COV-2, responsable de la maladie de Covid-19, alors qu’un million de décès ont été atteints dans le monde, dont plus de 40 000 en France. JUTRZOMI fait le point sur les derniers développements.

Du côté vaccins

Solution à long terme à la maladie, le vaccin nécessite plusieurs mois entre la conception et la commercialisation. Le 1er octobre, la France a lancé la plateforme Covireivac pour tester les vaccins potentiels sur les principaux volontaires.

A lire en complément : Quand prendre Influenzinum 9 CH ?

Plus de 200 candidats vaccinaux ont été identifiés dans le monde, dont 10 sont actuellement en phase III (voir ci-dessous). Cependant, l’OMS est pleine d’espoir, affirmant qu’elle ne s’attendrait pas à une vaccination généralisée avant le milieu de 2021.

Chaque vaccin a fait l’objet de plusieurs essais cliniques, avant qu’il ne soit commercialisé. Trois étapes principales de validation ont été identifiées : la phase I évalue la tolérance au vaccin candidat chez les adultes en bonne santé ; la phase II détecte les effets secondaires potentiels et la réponse immunitaire des volontaires vaccinés ; et la phase III évalue les effets du vaccin candidat sur une population plus diversifiée (personnes âgées, fragiles, enfants…).

A lire en complément : Comment faire passer une angine de poitrine ?

  • Trois candidats aux vaccins américains ont commencé la phase finale de leurs essais cliniques : Novavax NVX-COV2373, JNJ-78436735 du US Janssen Laboratory (filiale de Johnson & Johnson) à la fin septembre et MRNA-1273 de Biotech Moderna Therapeutics . Lundi 16 novembre, ce dernier a annoncé dans un communiqué que son vaccin était efficace « jusqu’à 94,5% «  contre Covid-19.
  • Une semaine plus tôt, la société allemande BionTech, qui s’est associée à Fosun Pharma et Pfizer pour tester le vaccin BNT162 en Chine et aux États-Unis, ont annoncé lundi 9 novembre que leur vaccin est « efficace à plus de 90 % », après les premiers (bons) résultats d’un essai clinique. L’Union européenne a déjà commandé 300 millions de doses d’un vaccin candidat en septembre.
  • vaccin contre le chadox1 mis au point par l’Université d’Oxford en collaboration avec la société biopharmaceutique AstraZeneca, a commencé les essais cliniques de phase III en juillet. Les résultats, encourageants, des deux premières phases des essais cliniques ont été publiés dans la revue médicale The Lancet.
  • Le

  • En Chine, quatre vaccins candidats transportés par Sinovac, Sinopharm, CanSino et le Wuhan Institute of Biological Products mènent également la phase III de leurs essais cliniques.
  • Président de la Russie Vladimir Poutine a créé une surprise à la mi-août en annonçant l’arrivée du « premier vaccin » contre Covid-19. Selon le fonds souverain russe, Gam-Covid-Vac pourrait être injecté avec plus d’un milliard de personnes d’ici la fin de 2021.

Du côté des traitements

  • Une combinaison remdesivir/diltiazem permettrait une « réduction significative » de la charge virale, souligne Inserm dans une déclaration. Utilisé à l’origine contre Ebola, le remdisivir a été approuvé par les États-Unis fin octobre pour traiter les patients atteints de Covid-19.
  • Une méta-analyse coordonnée par l’OMS et l’Université de Bristol a révélé, en consolidant les résultats de sept études, que le traitement par corticostéroïdes réduirait de 21 % le risque de décès chez les patients atteints de forme grave Covid-19.
  • Selon la Les résultats de l’étude CORIMUNO publiée le 20 octobre dans la revue JAMA Internal Medicine, tocilizumab réduirait la mortalité et l’entrée en réanimation des patients présentant des formes modérées à sévères.
  • Selon les résultats préliminaires du British Clinical Trial Recovery publié à la mi-juillet, la dexaméthasone réduira la mortalité des patients atteints de Covid-19 souffrant d’insuffisance respiratoire sévère. En revanche, les corticostéroïdes auraient des effets contre-productifs chez les patients présentant des formes bénignes ou précoces de la maladie.
  • L’ association du lopinavir et du ritonavir a été retirée fin juin de l’étude Discovery, dans laquelle elle avait été étudiée depuis le 22 mars (avec et sans interférons), en raison de « effets indésirables graves sur la fonction rénale » chez les patients traités, indique Inserm. La dernière thérapie incluse dans l’étude européenne est le remdesivir. L’hydroxychloroquine controversée faisait également partie de l’étude, avant d’arrêter le traitement à la fin du mois de mai.
  • plasma chez les anciens patients infectés peut également aider les patients, en particulier dans un état grave, à combattre Covid-19. En France, AP-HP a lancé un test Coviplasm en avril dernier pour tester son efficacité.
  • Le

Partager :