Où s’adresser pour la création d’entreprise ?

9
Partager :

Avant de démarrer votre entreprise, vous devez contacter les personnes concernées qui vous aideront dans le processus. Quel que soit le secteur dans lequel vous allez pratiquer, vous pouvez interagir avec quelques personnes. En outre, ils peuvent être en mesure de vous référer à d’autres organisations qui peuvent être très utiles.

Inscription : une étape indispensable dans la création d’un

L’ enregistrement de l’entreprise est l’objectif du design créatif. Les formalités de demande d’enregistrement sont lourdes, compliquées et obligatoires. En surmontant ces étapes, votre entreprise n’aura aucune existence légale. Ce sera comme s’il n’avait jamais existé.

A lire aussi : Quel est le capital minimum pour une EURL ?

Quels sont les documents à déposer pour obtenir kbis ?

Le registre d’enregistrement doit être composé des éléments suivants

  • Formulaire M0 pour SARL, EURL, SAS, SASU ou SA.
  • Formulaire P0 pour les commerçants, artisans ou micro-entreprises.
  • Copie du Statut de la Société paraphé et signé.
  • Avis de publication de la publicité légale dans le journal du ministère où se trouve le siège du conseil d’administration.
  • Certificat d’honneur de non-condamnation du surintendant.
  • Copie de la carte d’identité du gestionnaire,
  • certificat de résidence de l’entreprise (ou preuve d’occupation des locaux),
  • acte de nomination du gestionnaire si ce n’est pas mentionné dans la charte de la société.
  •  :

L’ absence d’un de ces documents constitue un motif de refus direct.

A lire aussi : Quel revenu pendant une formation ?

Où soumettre des articles et autres documents obligatoires ?

En tant que futur entrepreneur, vous devez savoir que l’enregistrement de la société est la dernière étape d’un long processus formalisé par divers documents qui finissent par composer le dossier de la demande d’enregistrement de la société. Théoriquement, un dossier doit être déposé auprès du Centre de formalalités des entreprises ou CFE, établi dans les registres du Tribunal de commerce, de l’URSSAF et des Chambres commercial et industriel ou ICC.

En fonction de leur activité professionnelle principale, c’est à ces organisations que les futurs entrepreneurs doivent visiter. Ces centres sont appelés « guichet unique » parce qu’ils permettent aux parties prenantes de déposer toutes les pièces qui composent leurs dossiers en un seul endroit. Aussi à partir de ces centres ou de leurs sites Web, vous devez supprimer ou télécharger les formulaires nécessaires à la création ou l’enregistrement de la société.

Que sont les Centres de formalité des entreprises (CFE) ?

La CFE compétente pour assurer l’enregistrement de la société est conforme aux articles R.123-5 du Code de commerce :

  • Greffe du Tribunal économique : est destiné aux sociétés civiles
  • CCI ou Chambre de Commerce ou d’Industrie : il est conçu pour les entrepreneurs individuels et les sociétés commerciales du type SARL, EURL, SAS, SASU, SA ou SNC.
  • CMA ou Chambre des Métiers et Artisanat : est conçu pour les entrepreneurs individuels ou les entreprises engagées dans des activités artisanales.
  • URSSAF : est conçu pour les entrepreneurs individuels dans la profession libérale

Registre du tribunal de commerce

Le registre du Tribunal économique est chargé de confirmer l’enregistrement de la société au SCR. Veuillez noter que les informations nécessaires sont transmises à l’INSEE, ce qui donne à l’entreprise un numéro : il s’agit du célèbre numéro SIREN. Ainsi, c’est par ce numéro SIREN que les données relatives à l’entreprise peuvent être consultées via RCS. En outre, c’est aussi le registre des tribunaux de commerce qui fournit aux sociétés Kbis.

Notez que l’inscription au Registre du Commerce et des Sociétés est une preuve indéniable qu’une société existe grâce à sa personnalité juridique. Sans inscription, la société ne sera pas en mesure d’exercer son activité sous pénalité pour poursuites pour activité dissimulée.

CCI ou Chambres de commerce et d’industrie

L’ ICC est un interlocuteur privilégié qui sera très utile dans le processus de création d’une entreprise. La CCI tient régulièrement des séances d’information sur la création d’une entreprise. Elle s’intéresse également gratuitement à un grand nombre d’outils ou d’informations sur son site web. En plus des étapes de création d’un plan d’affaires, vous trouverez des méthodes de construction

De plus, l’ICC offre également un parcours d’accompagnement personnalisé pour les personnes qui souhaitent acquérir les compétences nécessaires à la mise en place de leur entreprise. Cet accompagnement commence toujours par un entretien individuel avec un conseiller dont le but est de résumer ses objectifs, ses capacités.

CMA ou Chambre des Métiers et des Métiers

AMC ou les Chambres des métiers d’art sont des EPC L’ qui offrent des conseils et de l’information à ceux qui veulent mettre en œuvre leurs projets dans le secteur du commerce et de l’artisanat. Pour créer votre entreprise, le conseiller est à votre disposition. Cette mission. Effectuez des recherches préliminaires avec vous, effectuez des prévisions, trouvez des sources de financement, rationalisez les procédures administratives et inscrivez-vous enfin l’entreprise dans un annuaire des entreprises.

Les chambres artisanales et artisanales disposent également de différents mécanismes mis en place par les gouvernements des États et des collectivités locales. Si nécessaire, il vous dirigera vers des acteurs qui seront très utiles dans votre processus créatif, tels que les banquiers, les notaires, les assureurs, les comptables, les organisations sociales et les comptables.

URSSAF ou Union de la sécurité sociale et du recouvrement des prestations pour enfants

Dans le processus de création d’une entreprise vous fait contacterURSSAF , qui est l’agence gouvernementale responsable de la collecte des contributions et des activités de contributions les entreprises sociales. Cette agence gère également les flux de trésorerie dans le cadre de la sécurité sociale.

L’ URSS est notamment chargée d’appliquer les lois sur la sécurité des finances sociales et la lutte contre le travail caché. Il est responsable de l’embauche de processus de promotion qui impliquent la mise en œuvre de services de simplification administrative. En plus d’accumuler des ressources en matière de sécurité sociale, elle réside également dans sa mission, la gestion des exonérations et des exonérations de cotisations.

Partager :